LE ROYAUME D' HADES Index du Forum
LE ROYAUME D' HADES
Bienvenue aux portes des enfers !!!
 
LE ROYAUME D' HADES Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Une bénédiction de l'adepte ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE ROYAUME D' HADES Index du Forum -> L' AVERNE -> RP de l'au dela
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Horcruxe
Divinité

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 307
Localisation: Dans le plus beau des Royaume

MessagePosté le: 18/05/2007 04:14:28    Sujet du message: Une bénédiction de l'adepte Répondre en citant

Je regardais notre Adepte, il était concentré sur une incantation.

Il était vêtu d'une longue cape qui le recouvrait totalement, le tissu avait l'air lourd et soyeux. Elle retombait sur le sol et se laissait trainer à chaque mouvement de Shevek.

Cet homme portait des traits sur le visage, des traits qui avaient une histoire, qui traduisaient un passé lourd et douloureux sur Mars.

Il était à présent accueillit avec grand plaisir dans notre royaume, il est un "sage" des enfers.

J'affectionne tout particulièrement nos rencontres au détour d'un couloir, mais aussi lorsque nous prenons le temps d'un verre, dans un de nos salons.

Shevek est mystérieux, il n'est pas dépourvu de savoir, ni de malice, mais il a un grand coeur, qui traduit parfaitement sa générosité.

Il venait tout juste d'accueillir les invités conviés à cette bénédiction, il aimait que les évènements se déroulent avec fluidité.

Les convives étaient autant impressionnés par le lieu que par cet homme qui déambulait devant l'autel. Il cherchait par l'esprit à contacter les grands anciens.

Les mortels subissaient aussi les terribles hurlements de nos créatures. Le moyen de montrer leurs émotions, était assez sonore et saisissant. La peur au ventre qu'une créature n'est pas reçu l'ordre d'être courtoise avec les invités. Je me délectais de cette scène.

Puis je parcours cette immense salle des yeux ... Leboiteux est visiblement très attentionné par une conversation avec Popoche, tous deux ont un verre plein. Je connaissais le contenu de L'unijambiste, en revanche le verre de Popoche pouvait contenir tant de sortes possibles.

Rasator et Tomattaque étaient eux, visiblement très absorbés par la gestuelle des femmes de Maison close. Maniax et Rag venaient d'arriver.

La salle était comble, le Royaume de Hadès allait être en fête d'ici peu de temps.

Mes yeux se dirigent machinalement sur l'autel, mais Shevek avait disparu ...

_____________________________________________________________
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 18/05/2007 04:14:28    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Shevek
Possédé

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2007
Messages: 126
Localisation: Retiré dans son Temple

MessagePosté le: 19/05/2007 14:50:01    Sujet du message: Une bénédiction de l'adepte Répondre en citant

Shevek profita d’un moment d’inattention de chacun pour s’éclipser. C’était la première fois qu’il devait s’absenter si près d’une cérémonie. Il entrouvrit discrètement la porte derrière l’autel. Il s’engouffra aux travers les étroits couloirs, sombres et tellement bas de plafond qu’il lui fallait se courber pour ne pas se cogner le crâne.

Tout en avançant d’un pas pressé, il sortit d’une de ses poches un énorme trousseau de clefs. N’importe qui aurait mit des heures pour trouver à quelle serrure correspondait chacune d’elle. Mais Shevek n’eût pas la moindre hésitation, et, lorsqu’il arriva devant la petite porte discrète qu’il recherchait, la clef tourna sans effort.

Derrière cette porte qui ne payait pas de mine, se trouvait son grand secret. Avant d’entrer, il jeta un dernier regard à droite et à gauche.
Personne.
Il s’introduit dans la petite pièce et referma rapidement à double tour. Il ne fallait surtout pas que qui que ce soit connaisse ce lieu. Il en allait de sa réputation.

Devant lui se trouvait ce qu’il considérait comme l’endroit le plus beau et le plus paisible de tout le Temple, hormis la grande salle des bénédictions. Le plafond était constitué de lambris en merisier. Les murs en stuc vénitien d’une douce couleur beige étaient ornés de reliefs mystiques. Quant au sol, il était entièrement en marbre rose. On y trouvait pour tous meubles qu’un étrange trône qui semblait être en or et une petite étagère sur laquelle se trouvaient quelques manuscrits. Shevek saisit l’un d’entre eux. La couverture en cuir, était agréable au toucher. Il avait payé tout ça de ses propres deniers. Des heures passées à aménager ce lieu dans le plus grand secret.

Si tous savaient. Eux qui le prenait pour un presque Dieu. Il prenait toutes les précautions nécessaires, trouvait toujours des excuses valables pour disparaître quelques instant. Jusqu’à ce jour personne ne se doutait de rien. Il fallait qu’il en reste ainsi.

D’un geste lent, Shevek retira sa robe de cérémonie. Il s’assit sur le trône en or.

-S’ils savaient que ne suis qu’un simple humain comme eux. Pensa-t-il, Que j’ai les mêmes envies pressantes que n’importe qui. C’est certain il ne me verrait plus du même œil. Je ne resterais plus le personnage mystique que je suis.

Il en était là dans ces réflexions, lorsqu’il entendit une sorte de claquements répétitifs dans le corridor. Il s’empressa de revêtir son aube. Entrouvrant la porte, il vit une ombre qui passait très vite au fond du couloir sombre. Il n’eut pas le temps de voir son visage, qu’elle avait déjà disparue. Mais ce claquement et cette démarche particulière, c’était Leboiteux, il en était certain. Et il portait quelque chose sous son bras.

- Bien étrange, que celà, se dit-il, surtout qu’il n’a rien à faire dans cet endroit, réservé aux religieux.
_____________________________________________________________
Revenir en haut
LeBoiteux
Mort

Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2007
Messages: 71

MessagePosté le: 19/05/2007 18:59:39    Sujet du message: Une bénédiction de l'adepte Répondre en citant

LeBoiteux errait souvent, seul dans les corridors du royaume.
Il ne cherchait rien en particulier, hormis la découverte de ces lieux inconnus jusqu' alors.
Mais ce jour là était différent. Il venait de boire une bouteille de son breuvage préféré,
en compagnie de Popoche, et se sentait grisé, presque invincible...

Avec toute l' agitation qui régnait au sein d' Hadès, la préparation de la bénédiction,
il n' avait pas eu de mal à s' éclipser, laissant Popoche à ses soliloques et Horcruxe à sa contemplation.

Les autres ne le connaissaient pas vraiment... La seule vision qu' ils avaient eu de lui
est celle d' un homme solitaire, presque sauvage, et très exigeant.
Cette exigeance envers eux n' était tolérée que parce qu' il était encore plus exigeant envers lui-même.
Il s'imposait une discipline physique et morale draconienne, ne permettait aucun écart envers Hadès.
Le seul écart toléré par LeBoiteux, c' était envers la dive bouteille, le précieux élixir, le divin nectar.

Il venait donc de s' absenter, se dirigea vers sa cellule monacale, et se munit de son précieux sésame.
Ce trophée, il le gardait toujours près de lui. Sauf quand il allait creuser ou se battre, bien sûr.
Il n' eût pas supporté de voir la chose la plus chère à ses yeux abimée, voire détruite...
Il se saisit donc du coffret, et partit en direction du secteur normalement réservé à ces grenouilles de bénitier,
donc Shevek était à la tête. Il avait toujours fait bonne figure devant le clergé, quel que soit les penchants
pro-divinités ou pro-démoniaques de celui-ci. Mais pour lui, ça n' était que poudre aux yeux...
Rien n' avait de valeur à ses yeux que le travail, le respect et l' ordre... Et le contenu de son coffret...

"Je dois trouver un endroit sûr, un endroit ou mon âme, mon amour, ma raison de vivre sera en sécurité."
marmonnait-il en parcourant les corridors sombres et étroits de l' arrière du temple.
Il savait que c'était l' endroit où personne ne songerait à le chercher, puisque tous les moinetons jouaient
à prêchi-prêcha devant l' autel... Il passa devant une petite porte commune, et tourna au fond du couloir,
s' enfonçant toujours plus profond dans les méandres des enfers.

Au bout d' une dizaine de minute, il sut qu' il avait enfin trouvé l' endroit idéal. Le repère secret.
Une sorte de caverne, taillée à même la pierre. "Aucune trace d' humidité" déclara-t-il d' une voix satisfaite,
oubliant un instant que les enfers connaissaient peu d' endroits humides...
Et partout dans cette grotte, des recoins, des niches, des renfoncements et caches en tout genre...
"Parfait !" LeBoiteux souriait de toutes ses dents... il savait que ce lieu serait leur refuge...
A lui et à... Elle !

Quelques instants plus tard, non sans avoir dit au revoir de manière quasi-solennelle à son coffret,
il revint en direction du temple. Mais, alors qu' il allait faire son apparition,
il entendit une conversation à voix basse, presque chuchotée.
"Il ne faut pas que l' on me voie" pensa LeBoiteux, se cachant derrière une imposante statue,
taillée il y a quelques jours à peine, en l' honneur de quelque divin postérieur...

C' est alors qu' il aperçut Maniax, en compagnie d' une étrange silhouette encapuchonnée,
en train de parler à voix basse en jetant des regards inquiets de toutes parts...
L'inconnu donna une petite fiole à Maniax, lequel rendit en échange une bourse tintante...
"Etrange..." pensa LeBoiteux alors que les deux cachotiers se séparaient, chacun allant de son côté.


Dernière édition par LeBoiteux le 19/05/2007 20:55:50; édité 1 fois
Revenir en haut
Maniax
Mort

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2007
Messages: 74

MessagePosté le: 19/05/2007 20:42:45    Sujet du message: Une bénédiction de l'adepte Répondre en citant

Maniax venait d'arriver en compagnie de Rag, en arrivant il saluairent les menbres déja présent. Aprés quelque parole échangé avec Rag, chacun partie vaqué a son ocupation de son coté.

Depuis qu'il n'était plus l'adepte officiel du syndicat, Maniax passait le plus cler de son temps a creuser mais toute les nuit il allait dans le temple admirer le travail de Shevek, il y pénétrait faisait une prière aux grands anciens et retournait creuser.

Mais se soir là, l'autel semblait différent. Il s'écarta des menbres de la salle, pour aller vers un coin des plus obscurs du temple. Là il s'immergea dans le plan des ombres. Et reconue l'embrasure d'une porte caché derière l'autel. En suivant la voie des ombres il s'avanca vers cette porte, l'ouvrit et déboucha sur un tunel.

Curieux il se dit qu'il allait visité cela.

Au bout de quelque mètre il eut l'imprétion qu'il était suivit et se demanda, si il avait bien refermé la porte dérière lui. Il sentait une présence sans pour autand entendre les bruit de pas qui devrais résoner. Il s'arréta a proximité d'une cavitée et sortie du plan des ombres.

A se moment il sentit le frémissement d'une persone, il arrivait a sentir les battement de son coeur, il se raprochait ...
Une fois la persone a proximité de lui il lui atrapa se qui resemblais le plus a un bras et le plaqua au fond de la cavité.
Quel surprise se fut quand il apercut l'un des Malayryms qu'il cotoyait lors de ses immersion dans le plan des ombres. Mais l'impacte et la frayeur firent que le Malaygryms sortie du plan des ombres et aparut comme quelque chose s'aparantant de loin a un Homme.

- Alors c'est vrais... , vous avez réussi...
- Ou ... Oui.
- Reste calme persone n'est dans les parages.
- Peut être mais c'est ma première fois.
- Oui bien, fait vite, a tu apporté se que j'ai demandé.
- Oui je l'ai. Tenez.
- Bien, tu donnera sa a ton maitre, Hÿdreïna l'achimiste. Pour ne pas te faire repéré marche 100 mètre en direction du nord tu trouvera une cavité sur ta gauche qui te permettra de retourner dans le plan des ombres, quand a moi je vais suivre mon chemin. Et fait atention tu ne doit pas être vus sous aucun prétexte.
- Bien. Coment ferons nous la prochaine fois.
- Je vous contacterais, on a eu de la chance de ne pas être vue. Et maintenant file.

Maniax atendis un peu resortie la fiole donné par le Malaygryms, la comptempla un instant et la rengea dans un plis de sa cape. Il repartie vers le fond de la grote pour voir ou tout cela le mènerais.
Revenir en haut
Horcruxe
Divinité

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 307
Localisation: Dans le plus beau des Royaume

MessagePosté le: 20/05/2007 01:50:50    Sujet du message: Une bénédiction de l'adepte Répondre en citant

J'étais stupéfaite de voir tant de monde s'amonceler dans notre temple ... presque toutes les têtes m'étaient connues. Glamrung qui était en compagnie de sa femme ( je souriais à la pensée de ce mariage gay et à la jolie cérémonie lors de leur union). Théotim et Nando qui parlaient en s'esclaffant. Magik, Oni, Pikpik et Vitaly qui avaient l'air très sérieux. Au bar du forage, ce petit groupe est du genre à mettre de l'ambiance, mais là ... ils paraissaient tous très concentrés sur une conversation primordiale.

Et bien d'autres encore, que je saluais d'un sourire et d'un geste de la tête.

Tout à coup je sentais qu'on tirait par à-coups, la manche de ma cape ... je me retourne et une de mes créatures me fait signe de s'écarter de la foule. Je la suivis ...

Elle m'emmena derrière l'autel, au fond du temple. Face au mur, elle fouilla dans sa poche, puis elle regardait par-dessus son épaule pour voir si je n'étais pas trop proche d'elle. Visiblement je ne devais pas savoir, ni voir ... mais pour voir quoi ? Au bruit, on aurait pu penser à des clés, mais pourquoi me cacher des clés ? La créature émit alors un son strident et à peine audible ... mais aussitôt une autre créature qui se postait à l'autre bout du temple rugissait à son tour. Un grondement terrifiant fit tressaillir tous les conviés, puis d'un seul et même mouvement, tous se retournèrent vers le hurlement .

C'est alors que la créature, avec sa main cagneuse et ses doigts crispés, me poussa doucement dans l'entrebâillement d'une porte. Une porte qui était totalement invisible sur la paroi extérieure ... j'entrais dans une sorte de tunnel creusé à la pioche.

En langage ancien, la créature me dit de faire attention, mais qu'il fallait que je découvre ce qui se passait ici.

" Mais ce n'est pas le moment de faire de l'exploration ... et la bénédiction ?"

La créature me répondit alors que chaque evènement avait son importance.
Que devais-je comprendre, visiter ces lieux étaient plus importants que la cérémonie de ce soir ?

_____________________________________________________________
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@
Revenir en haut
Shevek
Possédé

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2007
Messages: 126
Localisation: Retiré dans son Temple

MessagePosté le: 22/05/2007 15:14:03    Sujet du message: Une bénédiction de l'adepte Répondre en citant

Shevek retourna à la salle des bénédictions. Les disciples étaient toujours en pleine discutions. Il chercha la frêle silhouette d’Horcruxe. Il commençait à bien la connaître, et savait que derrière ce petit bout de femme se cachait une forte personnalité. Mais également une force hors du commun.

Shevek s’approcha de sa supérieure :
-Chère Horcruxe, il faut que tu saches. J’ai Leboiteux qui errait dans les couloirs. Il me semble aussi avoir aperçu Maniax. Tout deux avaient un comportement étrange. Ils se cachaient.

Horcruxe, regarda son adepte un doux sourire aux lèvres :
-Tu es peut-être doué pour le mystique, mais dans cette réalité des Enfers, sache que chacun d’entre nous a ses secrets. Toute âme d’Hades détient des pouvoirs et est possesseur d’un rôle qui lui est propre. Nul autre que lui-même ne doit les connaître.

-A propos de secret, demanda Shevek, connais-tu la définition de ton nom ?

-Bien-sûr, un horcruxe contient une âme afin d’en préserver l’immortalité. Mais pourquoi me regardes-tu aussi étrangement, s’inquiéta Horcruxe . Tu es tout pâle. Tout va bien ?

L’adepte était très gêné. Il baissa la tête, n’osant plus la regarder.

-En vérité, une âme maléfique s’est emparée de toi. Selon les Grands Livres, c’est aujourd’hui que tu dois combattre cet immortel. Ce sera la condition pour que nous restions toujours sous la protection des Grands Anciens.

Horcruxe ne sembla nullement troublée par ces paroles.
-Je savais que ce jour arriverait, pas aussi tôt, mais depuis toute petite, mes parents m’avait annoncé que cela arriverait.

L’adepte retourna derrière son autel, et pris la parole. Les mots avaient du mal à sortir de sa gorge. Il essaya cependant de cacher ses émotions :

-Mes chers disciples, dit-il d’une voix un peu ému. Notre sœur Horcruxe doit se libérer d’une âme maléfique qui s’est emparé d’elle. Pour cela, elle doit se rendre dans la Salle des Ames Perdues. Elle devra combattre un monstre qui prendra une forme encore inconnue.
Si notre sœur arrive à vaincre cette créature, elle sera nous libèrera des âmes qui nous nuisent pour entrer en contact avec les Grands Anciens.
Mais si un malheur devait lui arriver…

Shevek n’eut pas la force de finir sa phrase. Une tel pensée devait être écartée de son esprit. Il avait une grande confiance dans sa supérieure.

La foule regardait Horcruxe. On pouvait voir des larmes sur certains visages.

Puis une voix s’éleva :
Horcruxe ! Horcruxe !

Bientôt tout le monde criait en cœur le nom de celle qui avait leurs destins entre ses mains.
_____________________________________________________________
Revenir en haut
Horcruxe
Divinité

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mar 2007
Messages: 307
Localisation: Dans le plus beau des Royaume

MessagePosté le: 30/05/2007 03:34:54    Sujet du message: Une bénédiction de l'adepte Répondre en citant

Devant cette foule qui m'appelait, je ressentais à la fois leur soutient dans ce que je devais accomplir, mais aussi leur supplication à les sauver.

Je me sentais comme vidée, Le froid m'envahissait, ma vue se troublait, les sons autour de moi n'étaient plus audibles clairement. J'étais désemparée, affolée. Et tant pis si ce démon à raison de moi, de toute façon je savais depuis petite que je le subirai, je savais que mon âme serait possédée par un monstre plus fort que moi. Ou alors, je n'ai qu'à fuir, me réfugier dans cet endroit secret que j'étais la seule à connaître. Là, où les centaines d'écrins qui contenaient les âmes y étaient entreposés.

Les yeux remplis de larmes, je me tourna vers Shevek et lui dit "Je suis désolée, ne m'en veux pas". Je pris le devant de ma robe dans mes mains et traversa au milieu de la foule, sans regarder personne. Il faut que je parte, il faut que je me cache.

Soudain, un sentiment d'écœurement me vint, je me trouvais horrible, lâche et méprisable. Comment puis je penser une seule seconde fuir ? Ici, se trouvent des gens que j'aime, des personnes qui comptent beaucoup pour moi et qui eux même comptent sur moi.
Ils m'ont accordé leur confiance, j'ai promis de garder à jamais une partie de leur âme. Je n'avais pas le droit d'abandonner face à ce qui de toutes évidences, devait se produire.

Je m'arrêta net et me retourna, mes yeux se portaient sur la foule. Sans les détailler je voyais bien qu'ils attendaient que je leur parle, que je leur dise ce qui risquait d'arriver. Mais c'était au dessus de mes forces, et puis les prévenir risquait de les affoler.

Que devais-je faire ?

C'est alors que, les mains jointent sur mon visage, je me concentrai pour tenter de communiquer avec Shevek par l'esprit. Il n'était pas disposer à communiquer de la sorte, mais je pouvais moi pénétrer son esprit et faire en sorte qu'il m'entende. Finalement je lui dis mes intentions.

Je fis volte-face, et je me rendis, apeurée dans la salle des Ames, celle qui m'avait jusqu'alors apportait le bonheur et la jouissance de faire plaisir en rendant mes amis immortels.

J'ouvris les portes de la salle, elle était étrangement plongée dans un noir obscur. Cette salle si sublime de part son décors, était aujourd'hui absolument terrifiante. Une odeur me parvint immédiatement. Puis un souffle nauséabond me fit lever quelques mèches de cheveux. Il était là. Il était tout proche. Je le sentais. Je me retournai d'un coup pour le surprendre, mais il n'y avait rien. Il semblait être encore derrière. C'est alors que je compris que notre combat se déroulerait dans le noir et sans mouvement.

Mon esprit s'embrouilla, quelqu'un cherchait à entrer en contact avec moi. Puis une voix grave me parvint.

"C'est ça Horcruxe, tu as tout compris, nous n'avons pas besoin de nous voir pour nous battre. Je veux ton âme, tu me la dois, depuis longtemps déjà. Je ne supporte pas que tu puisses détenir tous les pouvoirs. Bats toi"

Puis son souffle à nouveau se fit sentir sur mon épaule, son haleine putrifide m'écoeurait, ce démon ne se nourrissait que de cadavres.
A cet instant, j’haletai de douleur lorsqu'une sonde mentale déchira mon esprit comme un coup de griffe. Roulant des yeux, j’élevai instinctivement une barrière autour de ma conscience. Je ne voulais pas que ce monstre si menaçant et agressif pénètre dans mon crâne mais l'attaque était d'une puissance incroyable. La pression s'intensifia. C'était celle d'un esprit délabré, malsain et profondément mauvais.

Je me concentra encore plus, je m'obligeais à ne pas abaisser mon bouclier, puis je parvins dans son propre esprit. Ses intentions étaient mauvaises, il voulait mon Royaume, il voulait le pouvoir, le pouvoir de rendre à néant ce que nous avions construit. Je voyais des esclaves et des abus corporels.

Une nouvelle vague de souffrance me submergea. Je grimaçais tant l'inquisition se faisait plus violente, tel un ongle grattant l'intérieur de mon crâne. Le démon fouilla mon enfance, il cherchait le moment où je pris connaissance de mes pouvoirs. Je redoublai de concentration pour éviter qu'il s'empare de cet instant, je réussis à voiler ce passage de ma vie. Puis je me replongea dans le sien et me mis à mon tour à fouiller ses moindres pensées, ses sentiments les plus intimes. Mais rien, cette horrible créature était vide, j'avais l'impression de me perdre dans une salle immense et sans fin. Je devais fouiller autre part, pour l'affaiblir.

Tout mon corps était rigide ; ma mâchoire crispée. Ma peau irradiait de fièvre, et la sueur coulait le long de mon cou. Chaque seconde était un supplice.

Cette âme maléfique remonta le cours de ma vie avec la lenteur d'une plante grimpante s'élevant vers la lumière. Le démon s'intéressa beaucoup à des choses, qui selon moi, ne le regardait pas, par exemple à ma mère. Je sentais qu'il la traquait, qu'il épiait ce qu'elle avait pu faire ... il la reniflait, il la humait.

Ma colère grandissait, ce fût insupportable de le sentir tant apprécier ma mère. C'est alors qu'un regain puissant me permis de franchir l'intérieur le plus obscur de son crâne. L'endroit où il cachait secrètement les tortures qu'il faisait subir à des âmes plus faibles que lui. Les moments où il se complaisait à faire le mal. Les images qui me parvenaient étaient horribles et traumatisantes, mais je sentais quand fouillant encore et encore, en grattant les parois de son crâne, je l'affaiblissais. Moi aussi je m'affaiblissais, mais il commettait la grave erreur de s'éterniser sur la seule femme qui était cher à mon coeur. Celle qui ne faut pas toucher de quelque façon qu'elle soit.

Je m'obligeais à vivre ses infâmes combats, jusqu'au moment où je sentis qu'il baissa la tête et qu'il psalmodia de sa voix rauque quelques mots inaudibles. Je le sondais toujours, malgré la douleur de l'attaque de son esprit.

Tout à coup dans un fracas immense le démon tomba, la sonde mentale fut enlevée comme on enlève une écharde. Je frémis, je vacilla et m'écroula à mon tour sur le sol.

_____________________________________________________________
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@
Revenir en haut
rasator
Possédé

Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2007
Messages: 114
Localisation: Djerba

MessagePosté le: 30/05/2007 14:36:25    Sujet du message: Une bénédiction de l'adepte Répondre en citant

Dos au mur au fond de la salle, je me tenais debout, les bras croisés. Mon champ de vision couvrait tout le temple. Mes yeux épluchaient chaque personne, cherchant à détecter tout mouvement suspect, mes oreilles étaient à l'affut de tout bruit étrange. Ma main droite cachait un Shuriken et ma main gauche caressait le bout de mon Sai.

Ma mission était simple : Faire en sorte que tout le monde soit béni en paix. Neutraliser tout trouble fait et défendre les lieux, si un malveillant se décidait à nous attaquer en traitre.

Les commandos étaient affectés aux points stratégiques. Mon second, était face à moi de l’autre coté de la salle, à nous deux, on couvrait tout le périmètre.

Shevek paraissait soucieux, ses gestes étaient nerveux, et son regard étrange. Je le voyais s’approcher de Horcruxe et discuter avec elle, rien ne semblait anormal, j’étais trop loin pour les entendre, et j’avais d’autres choses à faire.

Shevek retourna à l’autel et prit la parole, sa voix était grave et triste. Les mots m’arrivaient lentement, un serre-étau étouffant mon souffle. Mes mains se serrèrent. Ma main droite se ferma sur le Shuriken, je ne sentais aucune douleur quand les bouts effilés s’enfonçaient dans ma chair.

La foule s’est mise à crier, elle essayait d’apaiser sa tristesse par les mots, je ne pouvais en faire autant, ma souffrance demeurera silencieuse, tant que je n’aurais pas eu le moyen de lui venir en aide.

Je me suis senti faillir, doublement, la sécurité du temple ne m’importait plus ni celle du syndicat et je ne savais que faire pour aider la dame qui m’a accordé sa confiance, qui m’a acceptée parmi les siens.

D’un geste codifié, j'ai notifié à mon second l'ordre de superviser la sécurité à ma place, mais, lui aussi avait la tête ailleurs. Un sourire noir se dessina sur mon visage et une pensée insensée : Un espoir pour trouver une raison de couper quelques têtes.

D’un pas lent, je m’approchai de Shevek pour lui chuchoter :

- Excuse-toi auprès de la foule, j’ai à te parler
- Mais, j’ai une bé … je te suis

Nous nous retirâmes dans un coin obscur.

- Shevek, je sais que tu nous caches des choses, cela ne me regarde pas, tant que la sécurité de notre syndicat n’est pas en jeu, mais, là je dois tout savoir, il y va de ta vie. Dis-moi ce qu’il faut faire pour aider Horcruxe, je ne peux pas rester sans réagir !
- Mais, tu n’y peux, c’est son destin, les livres l’ont prédit
- Quels livres, je n’ai jamais vu de livres dans le temple
- Bééé…. humm …en fait
- Shevek, il y va de ta vie, je suis une tombe ou un remplisseur de tombes à toi de choisir !

Shevek m’expliqua la situation, je n’en ai rien retenu, sauf, un combat qui se prépare dans la salle d’à coté et que du résultat dépendra le sort de Horcruxe.

Il m’expliqua que je ne pourrais voir le démon, ni lui faire du mal. Seule une âme peut le sentir, seule une âme peut l’affronter au risque de s’y perdre pour l’éternité.

Je savais, ce que j’avais à faire, je savais ce qui m’attendais, un sourire béat aux lèvres je remerciai Shevek, avant de retourner, à la recherche de Rag.

Rag, debout, au milieu de la foule affolé par ce qu’il vient de vivre, son regard tantôt sur la porte par laquelle Horcruxe est sortie, tantôt sur Shevek et moi.

Du regard, je l’invitai à me suivre, et nous dirigeâmes vers l’infirmerie. Nous avons traversé les couloirs en silence.

Arrivés à destination, je fermai la porte derrière nous et m’adressa à Rag :
- Rag, je serai bref, je dois mourir, mon âme doit se libérer, elle à une mission à accomplir.
- Dis mon ami, si tu as un problème quelconque, on pourrait en parler, la guerre te manque, tu as un chagrin d’amour, parle moi, pas la peine de mourir !
- Non, je n’ai aucun problème avec la vie, mais, là j’ai besoin de mourir, le temps d’accomplir un devoir, je ne serais pas complètement mort, je compte sur toi pour préserver mon corps.
Mon âme à déjà quitté mon corps, mon âme est déjà venu à Hadès et pourtant, me voilà vivant devant toi. J’ai remarqué qu’à la venue de mon âme j’avais emporté l’aiguille de la seringue avec la quelle je me suis injecté la liqueur de crane. Je crois qu’une âme empote l’équivalent ésotérique de tout objet étranger dans un corps. Cette fois je mourrais avec mon Sai.

- Même si ce que tu dis est vrai, les lésions que subira ton corps seront graves, je ne suis pas sûr de pouvoir réussir.
- Je te demande seulement de préserver mon corps et d’essayer de le réparer. Je compte sur toi, j’ai encore quelques combats à finir sur cette planète, et quelque femmes à aimer.

Un lourd silence engloba l’infirmerie, je remis un Sai à Rag pour le stériliser, je fermai les yeux, le temps de contrôler ma respiration et de me concentrer.

La peur de la mort est un réflexe humain, détourner cette peur, ce rattachement à la vie, faire de la mort une porte qui s’ouvre sur un au-delà, nécessite une méditation. Se donner la mort est acte banni par toutes les religions, mais, vais-je vraiment mourir ?

J’ôtai mes vêtements, dans un silence pesant, essayant de faire le vide dans ma tête et de ne garder qu’une seule idée: Un coup de poignard parfait. Je remontai la table d’opérations, et me mis à genoux. Le Saiétait déposé devant moi, sur un plateau en inox.

Ma main droite, sans trembler, s’abaissa pour le prendre, et remonta lentement. La pointe, touchant mon sternum, La lame prenant un angle de 60°. Je pris une longue respiration et tira la lame vers moi.

Je n’ai pas senti la lame me transpercer la peau, ni perforer mon poumon, ni même éclater mon cœur. Mais, je le savais. Une douleur atroce, mon inconscient ordonnait mes mains de retirer la lame, et ma conscience essayait de contrecarrer cet ordre.

Petit à petit, la douleur cédant place à l’insensibilité, mon âme se libérait de mon corps. Mon premier regard se lança vers Rag, il était à quelque mètres de moi, des larmes silencieuses brillaient sur sa joue.

Je senti, le Sai dans ma main, mon âme se releva, insoumise à la volonté de la gravite, mes gestes étaient légers, ma démarche était silencieuse et ma direction : la salle où Horcruxe était enfermée.

Dans les Couloirs, je vis Shevek, qui, mystérieusement arriva à détecter mon âme. Je l’entendis m’appeler : « Rasator, fidèle à toi-même, tu as fais le con, tu n’es qu’un égoïste ! Crois-tu que l’épreuve que nous subissons ne nous suffit pas, pour en rajouter ta perte ? »

Il tournait sa tête à droite et gauche cherchant à me localiser, je me retirai en silence pour continuer ma route.

Je m’arrêtai net devant la salle, une sensation étrange un mélange de malaise, de peur et d’étouffement. Je reconnu les pensées de Horcruxe, concentrées sur sa mère, je senti sa force mentale combattre, Je senti l’ennemi, d’une puissance redoutable, il s’affaiblissait, petit à petit, et puis presque rien.

Le bouclier ésotérique qui bloquait mon entrée se leva, Je m’affola, le démon aurait gagné et quitté la salle ? Avons-nous perdu Horcruxe à jamais ? Ai-je failli avant de commencer ?

J’entrai dans la salle, à ma droite, Horcruxe évanouie, à ma gauche, la silhouette amorphe d’un démon. Je m’approchai de Horcruxe, je senti enfin son âme encore dans son corps, mais, je ne pouvais rien faire. L’âme transperce le corps mais, ne peut le bouger. Son âme essayait d’entrer en contact avec moi, un seul message, deux mots : « achève-le !»

Le temps de recevoir, de comprendre et d’assimiler le message, je me retournai vers le démon qui gisait par terre, je senti son âme, elle se régénérait avec une vitesse effrayante, je le senti devenir de plus en plus fort, j’accélérai mon avancement, pour m’approcher de lui, me mis a genou et enfonça mon Sai dans son crane.

Une fumée verdâtre sortie, une odeur puante, celle d’un corps en décomposition. Son corps dégagea une énergie électrique qui m’électrocuta et des visions étranges si atroces me parvinrent, je me mis à crier.

Je vis la fumée, qui ne se dissipa pas dans l’air, transpercer le mur pour disparaitre.

Je perdis conscience.
_____________________________________________________________
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 22/09/2018 02:19:05    Sujet du message: Une bénédiction de l'adepte

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE ROYAUME D' HADES Index du Forum -> L' AVERNE -> RP de l'au dela Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Hadès © theme by LeBoiteux Mai 2007
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com